Foire aux Questions

Vous avez des interrogations sur la Campagne et vous ne trouvez pas la réponse après avoir visité les autres rubriques de notre site ? Visitez cette page pour trouver les réponses ou contactez nous directement par mail à : campagnecolombie2013@gmail.com.

Vous pouvez télécharger cette page avec le PDF ci-après:

FAQ Campagne 2013

  • Nous souhaitons organiser un événement public d’information et de sensibilisation sur la Colombie dans notre ville mais ne souhaitons ou ne sommes pas en mesure de rencontrer un élu, pouvons nous adhérer malgré tout à la Campagne ?

OUI. La moindre action développée dans le cadre de la Campagne vous permet d’y adhérer. Cela est vrai également si vous souhaitez aller voir un élu mais pas nécessairement organiser un événement public. Il est toutefois recommandé d’allier ces deux modes d’action pour que la Campagne ait un impact maximal.

  • Nous avons adhéré à la Campagne et souhaitons avoir les coordonnées des autres participants, comment procéder ?

Dans ces conditions d’adhésion et de participation, il est stipulé que le Réseau France Colombie Solidarités, en recevant une demande d’adhésion, actualise automatiquement la liste publique des participants sur son site Internet, via la mention du nom, du logo et du lien Internet des participants. Les données personnelles de contacts fournies lors de l’adhésion pour les besoins de la coordination font l’objet d’un usage strictement interne et ne peuvent être fournies à un tiers sans l’autorisation de l’organisation en question. La mise en réseau devant toutefois faciliter les rapprochements, contactez nous pour envisager cette possibilité.

  • La partie plaidoyer de la Campagne s’adresse elle aux élus issus de n’importe quel parti politique ?

La Campagne ne s’adresse ni n’émane d’aucun parti politique en particulier et s’adresse à tout élu de la Nation, représentant légitime, par le vote, des citoyens. Dans la charte des principes sont indiquées les principales valeurs que nous souhaitons véhiculer autour de cette campagne. Si la démocratie passe par l’expression de toutes les opinions, le Réseau France Colombie Solidarités n’encourage pas à promouvoir les discours, positions ou postures racistes, xénophobes ou contraires aux principes de solidarité entre les peuples et les Etats.

  • Nous souhaitons adhérer mais ne pouvons nous rendre à la Journée de lancement du 20 Avril, pouvons nous participer à la Campagne ?

Oui. La présence à la Journée de lancement de la Campagne n’est pas obligatoire. Nous encourageons tous les référents des participants à s’y rendre mais comprenons les difficultés d’emploi du temps ou de déplacements. Vous ne raterez pas tout pour autant puisqu’un compte

rendu et un retour sur cette journée seront mis en ligne dans les jours qui suivent. Surtout, la Campagne dure 6 mois et il est possible d’adhérer à n’importe quel moment de l’opération, avant ou après la Journée de lancement public.

  • Nous souhaitons nous rendre à Paris pour les Journées (lancement, clôture ou autres) nationales liées à la Campagne mais n’avons pas les moyens financiers pour nous y rendre, pouvons nous solliciter le Réseau France Colombie Solidarités ?

Le Réseau France Colombie Solidarités ne dispose pas de budget propre suffisant pour couvrir ces dépenses ni celles liées aux autres activités des participants dans le cadre de la Campagne. De manière exceptionnelle, vous pouvez toutefois nous contacter pour envisager cette possibilité. Nous appelons les participants à fournir aussi cet effort dans le cadre de la Campagne. Il est important de noter que le Réseau France Colombie Solidarités prend déjà à sa charge le temps de travail lié à la coordination de la Campagne par l’embauche d’une stagiaire et la prise en charge du salaire du Coordinateur, ces deux personnes dédiant une partie de leur temps à ces tâches. Le Réseau prend également en charge les dépenses nécessaires à l’organisation des Journées nationales, dont les rafraichissements et les impressions papiers. Enfin, le Réseau ne tire aucun bénéfice financier de cette opération.

  • Pourquoi faire une action auprès des élus ?

Les négociations de paix en Colombie se sont ouvertes entre le gouvernement et les FARC. Il est important de montrer que les représentants élus d’autres pays encouragent un dialogue dans un cadre institutionnalisé, approuvé par les parties et légitime au regard de la situation. Le soutien des élus français est complémentaire de celui de la société civile et permet d’ouvrir d’autres canaux de communication pour renforcer notre contribution à la construction de la paix en Colombie. Ce sont aussi nos élus qui ont par définition la tâche de contribuer, avec la société civile, à faire entendre notre message de solidarité aux autorités françaises et colombiennes pour montrer que la paix est l’affaire de tous, ici et là bas. Nous devons conserver nos spécificités d’engagement mais ne pouvons agir de manière déconnectée, qui plus est lorsque l’on parle de paix. Le message n’en sera que plus fort.

  • Nous ne comprenons pas les étapes d’adhésion e de participation, comment s’y retrouver ?

La rubrique « Campagne pour la paix 2013 » de notre site a été conçue pour faciliter l’orientation dans les démarches et permettre un accès simple à toutes les informations liées à la Campagne. Le manque de recul peut toutefois engendrer des oublis de notre part ou des incompréhensions et nous nous en excusons. N’hésitez pas à nous contacter pour poser vos questions et nous faire remonter vos remarques concernant tout aspect formel de la Campagne.

  • Nous souhaitons adhérer à la Campagne pour apporter notre soutien à la paix en Colombie mais nous ne sommes pas entièrement d’accord avec le Manifeste proposé, comment faire ?

Le Manifeste a été élaboré pour répondre aux objectifs que nous nous sommes fixés pour la Campagne. Ces derniers restent humbles et nous semblent réalistes. Le Manifeste correspond aussi à ce que nous pensons être notre apport possible pour la paix en Colombie, à savoir, dans l’immédiat, promouvoir le soutien au dialogue entre les belligérants et à une sortie négociée du conflit. Nous sommes conscients que cela ne suffira pas à mettre un terme aux injustices ni à répondre à toutes les causes profondes du conflit armé en Colombie. En tant que société civile française, nous agissons à notre échelle pour encourager les organisations colombiennes à poursuivre leur lutte avec le courage dont elles font preuve malgré les difficultés. Nous avons donc opté pour un texte consensuel mais néanmoins fort de sens. Surtout, n’oubliez pas que la Campagne a une durée de vie limitée. Elle doit permettre aussi de trouver un dénominateur commun, la paix, pour ensuite envisager des actions plus ciblées, peut être moins consensuelles mais qui nous mettrons au défi du travail en réseau pour celles et ceux qui le souhaitent. La longévité du conflit en Colombie montre qu’aucun message seul n’a la force pour tout résoudre, mais que l’accumulation des énergies dans le cadre d’initiatives communes et concertées peut en revanche contribuer de manière plus efficace à nos actions.

  • Je suis une personne individuelle, je ne suis membre d’aucune association, puis-je participer à la Campagne ?

La Campagne s’adresse principalement aux entités constituées (associations, organisations, ONG) pour des questions de structure et de coordination. Toutefois, la voix de chacun compte et tout engagement ne doit pas être nécessairement lié à une association. Contactez nous directement pour envisager les modalités d’action individuelle au cas par cas ou pour vous fournir les coordonnées d’un collectif proche de chez vous.

  • Nous sommes une entité étrangère, pouvons nous adhérer à la Campagne ?

La Campagne s’adresse aux acteurs en France et la partie plaidoyer est destinée aux élus français. Nous devons de plus délimiter l’espace de la Campagne pour des raisons logistique et de capacités humaines de coordination. Il faut noter toutefois que parmi les élus, les députés français élus au Parlement européen sont concernés par la Campagne. Si votre organisation a accès à ces députés hors du territoire français, elle peut adhérer à la Campagne. Notons également qu’un travail de communication sur la Campagne sera effectué auprès de partenaires ou amis d’autres pays pour faire connaître l’initiative.

Enfin et surtout, toute association, ONG ou organisation française ou étrangère qui ne peut participer aux actions directes de la Campagne mais qui souhaite tout de même la soutenir peut nous écrire pour être intégrée à la « Liste de soutien » publiée sur notre site Internet.

  • Nous sommes une plateforme ou un collectif d’associations, pouvons nous participer ?

Oui. A vous ensuite de diffuser les informations à tous vos membres ou adhérents.

  • Si nous rencontrons un élu et qu’il ne souhaite pas signer le Manifeste ou le faire plus tard, comment faire ?

Lors de votre rencontre avec un élu, si celui-ci ne souhaite pas signer le Manifeste pour diverses raisons, il n’est en rien obligé de le faire ! Vous avez tenté mais il ne faut pas forcer la main de votre interlocuteur qui a bien sûr toute liberté de choix !

Il se peut tout à fait que l’élu que vous allez rencontrer veuille regarder ça de plus près et ne pas signer de suite le Manifeste. A ce moment là, n’hésitez pas à fixer ensemble une nouvelle date pour vous parler de nouveau par mail ou par téléphone. Soit vous retournez chercher le Manifeste, soit l’élu vous l’envoie ou nous l’envoie directement à l’adresse indiquée sur la fiche contacts.

  • Une campagne et des signatures d’élus en France d’accord, mais quel sera l’impact de ce travail en Colombie ?

Nous insistons sur le fait d’être bien conscients que notre humble Campagne n’arrêtera pas le conflit en Colombie et n’amènera pas la paix du jour au lendemain !

Faire une Campagne de solidarité en France n’a de sens que si celle-ci a un écho en Colombie. Si l’objectif de la Campagne est de réunir un maximum d’adhérents et de soutiens ici en France, ces derniers sont aussi autant de courroies de transmission auprès de leurs partenaires respectifs en Colombie. Il s’agira simplement d’unifier ce message, c’est tout le sens de la coordination et du travail en Réseau.

Tout d’abord, une information sur la Campagne sera publiquement donnée en Colombie à l’occasion du Congrès pour la Paix qui se tiendra du 19 au 22 avril 2013 à Bogotá.

Ensuite, au cours des 6 mois prochains, durée de la Campagne, le Réseau France Colombie Solidarités sera chargé de coordonner les propositions émanant de l’opération pour peser sur le soutien aux initiatives colombiennes, sachant que le président Santos a annoncé « vouloir des résultats » avant la fin d’année 2013.

Enfin, la Journée de clôture de la Campagne, prévue en octobre 2013, permettra de réunir tous les adhérents et de penser ensemble à l’après-campagne, que celle-ci se fasse par le biais du Réseau France Colombie Solidarités ou non.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s